Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Actualité


L'imagerie par résonnance magnétique (IRM) pratiquée chez 2 000 individus d'âge moyen issus d'une cohorte basée sur la population a révélé chez plus de 10 % d'entre eux des lésions asymptomatiques significatives, notamment des infarctus et des anévrismes.

Commentaire

L'imagerie par résonnance magnétique (IRM), initialement utilisée comme outil de recherche, est aujourd'hui couramment employée pour évaluer des anomalies du système nerveux central. Peu d'informations sont toutefois disponibles quant à la fréquence des anomalies dans la population générale, et ce en partie en raison du coût d'un dépistage à grande échelle. Dans le cadre de l'étude Rotterdam basée sur la population, qui réalise des évaluations régulières de santé dans une cohorte d'individus âgés de 45 ans et plus vivant aux Pays-Bas, des IRM cérébrales sont pratiquées depuis 2005 pour suivre les modifications liées à l'âge. Cet article identifie les anomalies détectées dans l'IRM initiale.
Sur les 2 227 individus éligibles pour une IRM, 2 027 ont accepté de participer et 2 000 ont effectivement passé une IRM. L'âge moyen était de 63,3 (extrêmes : 45,7 à 96,7 ans). Le protocole de l'IRM était le même pour tous les individus. L'imagerie comprenait des coupes axiales haute résolution, des images tridimensionnelles pondérées en T1, des séquences bidimensionnelles d'inversion-récupération d'atténuation des fluides (FLAIR), une image bidimensionnelle pondérée en densité protonique et une image tridimensionnelle par écho de gradient pondérée en T2. Toutes les images ont été interprétées par deux personnes différentes.
Les observations les plus fréquentes étaient des infarctus cérébraux asymptomatiques, qui ont été identifiés chez 145 (7,2 %) individus (Figure). La majorité d'entre eux étaient des infarctus lacunaires, mais des infarctus corticaux ont été identifiés chez 41 (2 %) individus. Des anévrismes ont été identifiés chez 35 (1,8 %) sujets de la population étudiée. Des tumeurs bénignes ont été détectées chez 31 (1,6 %) individus. Ces tumeurs étaient de type très varié : méningiomes chez 18 individus, adénomes primitifs chez 6 individus, neurinomes vestibulaires chez 4 individus, neurinome du trijumeau chez 1 individu et lipomes intracrâniens chez 2 individus. Un cas de tumeur primitive maligne été observé.

Une grande variété d'autres anomalies ont été identifiées chez 3 % des individus ayant passé une IRM : des kystes arachnoïdiens chez 22 (1,1 %) individus, des malformations de Chiari de type 1 chez 18 (0,9 %) individus, des sténoses de gros vaisseaux chez 9 (0,5 %) individus et des angiomes caverneux chez 7 (0,4 %) individus. Un cas d'hématome sous-dural, un cas de kyste dermoïde du bord orbital latéral, un cas de dysplasie fibreuse et un cas de cancer métastatique ont également été observés.
Des IRM de suivi sont programmées dans le cadre de l'étude Rotterdam, ce qui permettra d'évaluer l'évolution naturelle de ces anomalies. Ces données révèleront la signification de ces observations et guideront les cliniciens quant aux mesures à prendre en cas d'identification de ce type d'anomalies incidentes. Les investigateurs ont fait remarquer que l'utilisation croissante de l'IRM comme outil clinique entraînera probablement une augmentation de ce type d'observations incidentes.

Résumé

L'imagerie par résonnance magnétique (IRM) du cerveau est de plus en plus utilisée en médecine clinique et a remplacé la tomodensitométrie dans de nombreuses indications. Mais le recours croissant à cette technique donne lieu à de nombreuses observations incidentes d'anomalies cérébrales asymptomatiques qui soulèvent diverses questions d'ordre éthique et pratique.
Vernooij et al. présentent une vaste enquête basée sur la population conduite dans le cadre de l'étude Rotterdam. Au total, une IRM cérébrale de pointe a été pratiquée chez 2 000 volontaires asymptomatiques âgés de 45 à 97 ans. Le protocole ne comportait pas d'imagerie avec produit de contraste ni d'angiographie par résonnance magnétique.
L'incidence totale des observations incidentes était étonnamment élevée (> 15 %). Des infarctus lacunaires ou corticaux ont été observés chez 7,2 % des individus ; ces observations étaient liées à l'âge. D'autres anomalies ont été détectées chez 7,9 % des volontaires, notamment des anévrismes cérébraux (1,8 %), des tumeurs primitives bénignes (1,6 %), des malformations de Chiari de type 1 (0,9 %) et des sténoses de gros vaisseaux (0,5 %).
Le présent article est cohérent avec les précédentes investigations [1. Yue NC, Longstreth WT Jr, Elster AD, et al. Clinically serious abnormalities found incidentally at MR imaging of the brain: data from the Cardiovascular Health Study. Radiology. 1997;202:41-6. (Fermer)],[2. Longstreth WT Jr, Manolio TA, Arnold A, et al. Clinical correlates of white matter findings on cranial magnetic resonance imaging of 3301 elderly people. The Cardiovascular Health Study. Stroke. 1996;27:1274-82. (Fermer)]. Les différences de fréquence des observations incidentes peuvent être dues aux techniques d'imagerie utilisées et à la composition ethnique et sociale de la population étudiée.
Cette étude apporte des éléments supplémentaires pour mieux comprendre l'épidémiologie des anomalies cérébrales incidentes. Le recours croissant à l'IRM cérébrale entraînera probablement une augmentation des observations d'anomalies. Des recommandations fondées sur des preuves pour la prise en charge éthique et clinique de ces anomalies cérébrales sont nécessaires.

Références
1.Yue NC, Longstreth WT Jr, Elster AD, et al. Clinically serious abnormalities found incidentally at MR imaging of the brain: data from the Cardiovascular Health Study. Radiology. 1997;202:41-6.
2.Longstreth WT Jr, Manolio TA, Arnold A, et al. Clinical correlates of white matter findings on cranial magnetic resonance imaging of 3301 elderly people. The Cardiovascular Health Study. Stroke. 1996;27:1274-82.



Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 406 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :