Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Actualité


L'imagerie du tenseur de diffusion au chevet du traumatisme crânien léger


Chaque année aux États-Unis, près de 2 millions de personnes sont victimes d'un traumatisme crânien, ce qui fait de cette problématique, le trouble neurologique le plus fréquent après les céphalées. Dans 80 % des cas environ, ce traumatisme cranio-cérébral est « léger» ou « modéré» (mild traumatic brain injury), et présente alors un caractère de moindre gravité : score supérieur à 13 sur l'échelle de Glasgow, perte de connaissance inférieure à 30 minutes, amnésie post-traumatique inférieure à 24 heures, brève sensation de confusion ou d'étourdissement.

Ces dernières années, les traumatismes cranio-cérébraux légers (TCL) ont fait l'objet d'un regain d'intérêt, tant en raison des accidents au cours d'activités sportives que parmi le personnel servant en Irak ou en Afghanistan. Statistique éloquente : « 15 à 20 % des soldats déployés sur ces théâtres d'opérations auraient subi un TCL.» Or les examens complémentaires habituels (scanographie et imagerie par résonance magnétique) ne montrent en général aucune anomalie particulière après un TCL, d'où l'intérêt accordé à une technique offrant « une plus grande sensibilité et une meilleure spécificité. »

Comme les faisceaux de matière blanche (tels que corps calleux, capsule interne ou corona radiata) se révèlent les plus vulnérables à ce type de traumatisme, il est logique de promouvoir dans cette indication l'imagerie du tenseur de diffusion (ITD) qui représente actuellement la seule technique permettant d'apporter des informations sur ces faisceaux de substance blanche (white matter tracts) et d'évaluer la connectivité cérébrale de façon non invasive.

Dans la mesure où cette ITD conduira indubitablement à une nouvelle sémiologie radiologique (complétant celles basées sur d'autres techniques d'imagerie), l'auteur s'interroge donc : si l'ITD n'a encore aucune incidence sur les décisions thérapeutiques ou les interventions (dépendant essentiellement de critères cliniques), le constat d'anomalies en ITD va-t-il affecter la connaissance des traumatismes cranio-cérébraux légers et de la récupération post-traumatique ? Certaines études laissent déjà entrevoir des anomalies en ITD, mais ces premiers travaux manquent d'« uniformité méthodologique pour définir les anomalies. » En particulier, il n'est pas certain que les témoins sans antécédent traumatique et en bonne santé constituent ici « le groupe-contrôle le plus approprié. » Comme les sujets avec TCL (en milieu militaire) peuvent aussi souffrir de syndrome de stress post-traumatique ou d'autres problèmes (dépression, anxiété, céphalées, troubles du sommeil, etc.), les recherches doivent aussi « comparer les sujets avec TCL à ceux ayant une symptomatologie psychiatrique, mais sans antécédent traumatique.».

Silver JM : Diffusion tensor imaging and mild traumatic brain injury in soldiers: abnormal findings, uncertain implications. Am J Psychiatry, 2012; 169: 1230-1232



Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 402 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :