Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Actualité


Les injections rachidiennes de corticostéroïdes (CS) sont largement utilisées mais controversées bien qu’une enquête dans 84 services hospitaliers français ait montré que 65% d’entre eux les considèrent comme faisant partie intégrante du traitement de la sciatique d’origine discale. Les auteurs ont donc réalisé une revue de la littérature au sujet des différents types d’injections rachidiennes de CS dans la sciatique d’origine discale et dans la lombalgie isolée.
Dans la sciatique d’origine discale, il est possible de conclure que les injections épidurales de CS ont une efficacité sur la douleur à court terme (jusqu’à 3 à 6 semaines). Les différentes voies d’abord (inter-épineuse, dans le 1er trou sacré ou dans le hiatus sacro-coccygien) ne sont pas plus efficaces les unes que les autres. Une seule étude a montré une reprise plus précoce du travail. Aucune n’a démontré de diminution du taux de recours à la chirurgie. Le volume injecté est probablement important car les études positives utilisaient un volume de 10 ml.
Ainsi, les auteurs conseillent de diluer le CS dans du sérum salé. La dose de CS reste non déterminée, tout comme le nombre d’injections. Cependant, aucun bénéfice supplémentaire n’a été observé au-delà de 3 injections. Aucune étude contrôlée n’a été réalisée dans le canal lombaire étroit. Les injections foraminales sous contrôle scopique sont efficaces dans 3 études randomisées contrôlées sur 4. Le taux de recours à la chirurgie est significativement diminué dans l’une d’entre elles.
Deux études sur 3 de qualité méthodologique discutable montrent la supériorité de la voie foraminale en comparaison avec la voie épidurale. Dans la lombalgie isolée, l’intérêt des injections de CS reste débattu. Très peu d’études méthodologiquement correctes sont disponibles. Pour les injections des articulaires postérieures, les deux études randomisées et contrôlées ne donnent pas de résultat positif. Cependant, le diagnostic de lombalgie sur syndrome articulaire postérieur est difficile en l’absence de critères validés et la localisation des injections (L4-L5, L5-S1, uni ou bilatérale) reste empirique.
D’autre part, les injections épidurales pourraient diminuer l’intensité de la douleur à court terme dans les exacerbations de lombalgie chronique avec un niveau de preuve faible. Les injections intradurales n’ont pas montré leur efficacité et doivent être évitées en raison des effets secondaires rares mais potentiellement sévères (thrombophlébite cérébrale). Quant aux injections intradiscales de CS dans les discarthroses rapidement érosives avec des signes inflammatoires à l’IRM, elles sont en cours d’évaluation.

Local corticosteroid injections for low back pain and sciatica
Valat JP, Rozenberg S.
Joint Bone Spine. 2008 May 15.


Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 406 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :