Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Actualité


Cette étude canadienne récente souhaitait déterminer chez des patients présentant des douleurs chroniques de métastases osseuses, la prévalence des « sous-médiqués ». Se référant à une base de données du Odette Cancer Center, les auteurs ont repris 1 038 dossiers de patients pris en charge pour douleurs de métastases osseuses entre janvier 1999 et décembre 2006.
Leurs résultats rétrospectifs montrent une proportion majoritaire de cancer du sein, des poumons et de la prostate, avec un âge médian de 68 ans (extrême de 28 à 95 ans). L’intensité douloureuse a été évaluée par EVA et stratifié en groupe (aucune douleur = 0, douleur légère = 1 à 4, douleur modérée = 5 à 6 et douleur intense = 7 à 10). La consommation analgésique a également été stratifiée en 4 groupes : aucun traitement, pallier I, pallier II et pallier III. Les patients ayant eu l’expérience d’une douleur modérée ou sévère et qui n’ont pas eu de pallier III étaient considérés comme « sous-médiqués ».
Le pourcentage de patients « sous-médiqués » était de 40% en 1999, 34% en 2000, 29% en 2001, 37% en 2003, 39% en 2006, 36% en 2005 et 48% en 2006. Aucune diminution notable de la proportion de patients « douleur modérées à sévères » ayant soit aucun traitement, soit un traitement de pallier I ou II n’a été noté entre 1999 et 2006. Ces résultats suggèrent la persistance de patients « sous-médiqués ».

Cette étude met indirectement en exergue l’impact des guides de bonnes pratiques et des recommandations. Malgré leur publication et leur diffusion, il persiste encore clairement des patients non ou « sous-médiqués », même si les conditions de l’étude sont perfectibles. Les recommandations sont relativement claires et faciles à mettre en œuvre mais tant qu’elles n’ont pas le statut de standards, donc avec un caractère d’obligation, elles ne permettent pas un changement net des pratiques. Car la finalité est bien un changement important de pratique pour un nombre important de patients. On peut également retenir de cette étude que la proportion de patients n’ayant pas de douleur et qui recevaient quand même un pallier 2 ou 3 est revenue à 0. Un certain nombre de patients non algiques recevaient quand même des opioïdes en 1999, ce qui n’était plus le cas en 2006.
L’amélioration des pratiques dans la douleur du cancer requiert encore beaucoup de travail d’information et d’éducation.

Has pain management in cancer patients with bone metastases improved ? A seven-year review at an outpatient palliative radiotherapy clinic.
Kirou-Mauro AM et al..
J Pain Symptom Manage. 2008 May 24. [Epub ahead of print] 


Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 403 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :