Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Actualité


Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) étant la deuxième cause la plus fréquente de décès dans le monde, il n’est pas inintéressant de confronter les données de différents pays en la matière afin peut-être  d’améliorer la prise en charge en s’inspirant d’expériences positives. Ainsi, on note qu’au Brésil, le taux de mortalité par AVC a reculé de 40 % entre 1980 et 2000 (1). Les données d’une cohorte de patients de Joinville, une ville du sud du Brésil, répertoriées dans un registre local ont été exploitées pour déterminer le risque de récidive et de décès dans les 3 ans suivant un premier AVC (2).

Cette étude a porté sur 407 patients âgés en moyenne de 73 ans et ayant bénéficié d’un suivi régulier de 1 mois jusqu’à 3 ans après leur AVC. La majorité d’entre eux avaient eu un AVC ischémique (81 %), 11 % une hémorragie intracérébrale et 7 % une hémorragie méningée. Au terme de l’étude, 33 % des patients étaient décédés. Le taux de mortalité durant la première année est de 28 %. Au-delà, environ 3 % à 5 % des survivants sont décédés chaque année. Chez les patients victimes d’un AVC ischémique, c’est dans le sous-groupe des AVC cardio-emboliques que le risque cumulatif de décès est le plus élevé : 3,6 fois plus dans les accidents dus à une occlusion des petites artères. La maladie cardio-vasculaire représente donc la première cause de décès en post-AVC. À noter également que  ce risque est également multiplié par 3,3 en cas d’AVC ischémique d’origine indéterminée. Quant au risque global de récidive dans les 3 ans après un premier AVC, il est de 9 %, sans différence selon le sous-type d’AVC ischémique.

Après avoir comparé leurs données à celles issues de deux cohortes, britannique et australienne, les auteurs ont constaté que les taux de récidives et de mortalité à 3 ans sont similaires. Ils font toutefois remarquer l’âge moyen plus avancé des patients de ces cohortes lors du premier AVC (72-73 ans en moyenne). L’utilisation large de la thrombolyse dans les Unités AVC depuis 2000 et dans la plupart des hôpitaux depuis 2005, associée à celle de nouveaux médicaments en prévention secondaire, pourrait expliquer les bons résultats obtenus par les médecins brésiliens.

Références

(1) Cabral NL et coll. : Trends in stroke incidence, mortality and case fatality rates in Joinville, Brazil: 1995–2006. J Neurol Neurosurg Psychiatry., 2009 ; 80 : 749-54.
(2) Cabral NL et coll. : Three-year survival and recurrence after first-ever stroke: the Joinville stroke registry. BMC Neurol., 2015; 15: 70



Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 406 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :