Vous êtes ici :   Accueil » Sommaires des Revues - Jim.fr
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Menu Principal
Recherche
Recherche
Journal de Neurochirurgie

couv01.jpg

Publications
Sommaires des Revues - Jim.fr

JIM.fr - Actualités médicales


Attention, l’accès par fil RSS aux articles en version intégrale du JIM nécessite de d’être préalablement identifié comme professionnel de santé sur le site.


De la vitamine C contre le choc septique ?  Voir?

Au cours du choc septique, l’inflammation et le stress oxydatif agissent comme une tornade biochimique provoquant vasoplégie et fuite capillaire généralisées. C’est ainsi que cette pathologie atteint des taux de mortalité record allant de 50 % pour les pays riches à 60 % pour les nations moins dotées. Depuis 30 ans, de nombreuses études de phase 2 cherchent désespérément une approche thérapeutique efficace.
Des médecins américains ont observé sur 3 patients en sepsis fulminant [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:56)

L’option romosozumab pour prévenir les fractures ostéoporotiques  Voir?

Les prescriptions de traitements anti-ostéoporotiques, notamment les biphosphonates, seraient, depuis une dizaine d’années, en diminution. La raison en est multifactorielle, mais les questions posées par les effets indésirables de ces traitements n’y sont sans doute pas étrangères (fractures fémorales atypiques, ostéonécroses de la mâchoire notamment). Il n’est pas anodin que, parmi des patients ostéoporotiques chez qui un antécédent de fracture a justifié la prescription d’un [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:43)

Obinutuzumab mieux que rituximab dans le lymphome folliculaire en 1ère ligne  Voir?

Le traitement de 1ère ligne du lymphome folliculaire a grandement bénéficié de l‘association à la chimiothérapie du rituximab, anticorps anti CD20 de référence, suivi d’un entretien par rituximab seul. Cette stratégie permet une survie sans progression (SSP) de 6 à 8 ans et une survie à 6 ans de 87,4 %. L’obinutuzumab est un anticorps monoclonal anti CD20 de 2ème génération dont l’activité antitumorale se manifeste par une cytotoxicité complément-dépendante inférieure [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:32)

Attention à la drogue Barbie !  Voir?

L’afamélanotide est commercialisé (et sous surveillance par l’ANSM) pour le traitement de la protoporphyrie érythropoïétique. Mais cet analogue de la MSH, connu sous le nom de Melanotan I, et son dérivé Melanotan II, sont également utilisés en dehors de cette indication et du circuit pharmaceutique. En effet, ces implants d’analogues de la MSH stimulent la pigmentation, et permettent donc de bronzer sans soleil, vieux rêve de l’humanité blanche. Ils ont en outre de merveilleux [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:28)

Dyslipidémies sous statines : quelques différences en fonction de l’âge et du sexe  Voir?

L’efficacité des statines dans la prise en charge des dyslipidémies et la prévention tant primaire que secondaire du risque cardiovasculaire est bien établie. Leur effet biologique s’associe à un bénéfice clinique largement démontré à l’aune des essais contrôlés dans les indications actuellement admises. Il reste cependant des zones d’ombre qui concernent notamment leurs effets pléiotropes éventuels, mais aussi plus banalement une interférence possible entre leur activité [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:25)

Prendre en considération le rapport neutrophiles/lymphocytes dans les diverticulites aiguës  Voir?

La diverticulite aiguë (DA) se définit comme l’inflammation d’un diverticule colique (hernie de muqueuse à travers la paroi colique), affectant surtout le sigmoïde. Elle s’accompagne d’une hyperleucocytose et d’une élévation de la C-Reactive Protein (CRP).
On a récemment signalé l’intérêt du rapport neutrophiles/lymphocytes (RNL) dans d’autres pathologies, en partant du principe que l’élévation des neutrophiles témoigne de l’inflammation, cependant que le sepsis entraîne [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:20)

La BPCO n’augmente pas la mortalité d’origine cardiovasculaire !  Voir?

Des publications éparses ont montré que la bronchopathie obstructive chronique (BPCO) était un facteur de risque de mort subite. Cependant, jusqu’alors, cette information n’avait pas été confirmée par de grandes études menées sur de vastes échantillons de sujets. C’est ce qui a conduit Song et coll. à tenter de déterminer si la BPCO était bien un facteur indépendant de risque cardiovasculaire (CV) et notamment un facteur de risque de mort subite dans la populationgénérale.
L’étude [...]

... / ... Lire la suite

(16/10/2017 : 14:14)

Hommes et femmes réagissent différemment aux messages de santé publique drôlement menaçants !  Voir?

Sous peine de n’être qu’un coup d’épée dans l’eau (ou dans l’alcool), les messages de santé publique doivent éviter les composantes propres à susciter une réaction d’auto-défense, de peur, de culpabilisation ou de déni, et finalement de rejet de la part du public visé. L’enjeu est donc de neutraliser ces réponses défensives afin d’améliorer la portée d’un message qui vise à promouvoir une meilleure hygiène de vie, tout en contrant des attitudes dangereuses pour la [...]

... / ... Lire la suite

(15/10/2017 : 00:24)

Des suppléments vitaminiques en début de grossesse pour réduire le risque d’autisme ?  Voir?

Les facteurs de risque des troubles du spectre autistique sont encore mal connus. L’hérédité y contribuerait à hauteur de 50 à 80 %. Les facteurs non héréditaires gardent donc une part substantielle de responsabilité. Parmi ceux-ci, les facteurs nutritionnels ont fait l’objet de nombreux travaux, et notamment l’impact que pourraient avoir les suppléments alimentaires pris par la mère pendant la grossesse. Les résultats de ces travaux sont contradictoires et une clarification serait [...]

... / ... Lire la suite

(14/10/2017 : 00:26)

Admettre les patients âgés en USI sans restriction?  Voir?

Le vieillissement de la population amène à envisager, de plus en plus fréquemment, l’admission de sujets âgés en unité de soins intensifs (USI). Leur pourcentage pourrait atteindre 10 à 20 % de l’ensemble des hospitalisations. De nombreux praticiens sont, toutefois, réservés sur l’efficacité d’une telle mesure, du fait de la plus grande fragilité, des moindres réserves physiologiques et de la plus forte prévalence des maladies chroniques chez les personnes âgées. A ce jour, [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 16:09)

Un traumatisme crânien au cours de l’adolescence augmenterait le risque de SEP  Voir?

Les travaux associant les traumatismes cérébraux encourus dans l'enfance ou l'adolescence et les problèmes de santé ultérieurs (neurologiques notamment) ne manquent pas, et une étude suédoise publiée il y a peu s’inscrit dans ce cadre. Les chercheurs se sont intéressés cette fois au risque de sclérose en plaques (SEP).
Le premier auteur de ces recherches est le Pr Scott Montgomery, un spécialiste d'origine britannique rattaché à l'université suédoise d'Örebro, à environ 200 km [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 16:07)

Supériorité du PAC dans les SCA ST- avec sténose du tronc ou lésions pluritronculaires  Voir?

Les patients qui présentent un syndrome coronaire aigu (SCA) sans sus-décalage du segment ST (ST-) restent exposés à un risque élevé d’événements cardiovasculaires récidivants. Pour le traitement de ces malades, on dispose de peu de données sur l’efficacité du pontage aorto-coronaire (PAC) par rapport à celle d’une procédure interventionnelle coronaire percutanée (PCI) associée à l’implantation d’un stent actif.
C’est ce qui a poussé Chang et coll. à comparer, chez [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 16:02)

Des métastases distales fréquentes dans les rhabdomyosarcomes pédiatriques  Voir?

Le rhabdomyosarcome (RMS) est la tumeur mésenchymateuse maligne la plus fréquemment observée chez l’enfant et l’adolescent, mais elle ne représente qu’environ 5 % de toutes les tumeurs solides rencontrées à cet âge. Sa distribution anatomique au sein de l’organisme est ubiquitaire. Sa propagation est locale de proche en proche en l’absence de traitement, tandis que l’extension régionale notamment lymphatique dépend de sa localisation. La présence de métastases plus distales [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 16:01)

Quelques facteurs de risque d’infection urinaire après traitement chirurgical de l’incontinence d’effort  Voir?

L’incontinence urinaire d’effort (à la toux, lors de la sternutation, par ex.) affecte environ une femme sur trois. Le traitement en est en général la mise en place d’une sangle sous-urétrale sans tension (SSU), fixée à la face interne des cuisses à travers les trous obturateurs (TOT). Cette intervention, habituellement bien supportée, se compliquerait pourtant dans près d’1/3 des cas, d’infections urinaires (IU). Les auteurs nord-américains ont cherché à connaître l’incidence [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 15:59)

Déclencher l’accouchement pour les femmes obèses, une bonne idée ?  Voir?

L’obésité, en particulier de classe III (IMC ≥ 40), constituant un véritable facteur de risque de MFIU (Mort Fœtale In Utéro) surtout après 39 SA, la tentation est grande de proposer aux femmes concernées un déclenchement du travail à ce terme. Mais le taux de césariennes étant déjà augmenté par l’obésité, ne le serait-il pas encore plus en cas de déclenchement ? C’est ce qu’a cherché à démontrer la seconde analyse des données du Consortium on Safe Labor, étude rétrospective [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 15:58)

Des dangers des bio-aérosols pour les professionnels de santé  Voir?

Les aérosols sont des particules solides ou liquides, provenant de l’Homme, d’un animal, d’instruments, d’équipements et en suspension dans l’air. Le terme « bio-aérosol » désigne un aérosol qui provient d’un organisme vivant. Les bactéries, les virus, les parasites ou encore les toxines biologiques, s’ils sont en suspension dans l’air, sont des bio-aérosols. Ils proviennent de différentes sources et sont potentiellement pathogènes pour l’Homme. Les professionnels de [...]

... / ... Lire la suite

(13/10/2017 : 15:56)

Artérite de Takayasu : l’évolution à 10 ans est défavorable dans la moitié des cas  Voir?

La maladie de Takayasu classiquement dénommée « maladie des femmes sans pouls » est une artériopathie inflammatoire non spécifique qui rentre dans la catégorie des maladies orphelines. Son incidence annuelle ne dépasse pas 3 pour 1 000 000 habitants. De fait, elle frappe plus particulièrement la femme jeune au travers de lésions artérielles qui ont une prédilection pour l’aorte et la portion proximale de ses grosses branches, notamment les carotides primitives, mais aussi les artères [...]

... / ... Lire la suite

(12/10/2017 : 13:55)

Quand le suicide fait suite à une dépression... atmosphérique !  Voir?

Si le suicide peut à l’évidence résulter d’un état dépressif, une équipe de l’Université de Louisville (Kentucky, États-Unis) évoque une association, plus inattendue, entre le suicide et une dépression... barométrique ! Des études antérieures ayant déjà montré « des liens entre une basse pression (atmosphérique) et des troubles du comportement (y compris « des actes agressifs et des tentatives de suicide »), les auteurs ont étendu la recherche de ces associations surprenantes [...]

... / ... Lire la suite

(12/10/2017 : 13:52)

Evaluer les échelles d’évaluation du prurit  Voir?

Le prurit est le signe clinique le plus subjectif qui soit, et il est pourtant nécessaire de l’évaluer, pour correctement tenir compte du ressenti des patients, et aussi pour évaluer les effets des traitements des dermatoses prurigineuses. Pour ce faire, plusieurs modes d’évaluation ont été proposés, et on connaît mal leurs propriétés.
Des auteurs ont donc entrepris, à la façon de la question classique du contrôle des contrôleurs, de mesurer la qualité des échelles et scores [...]

... / ... Lire la suite

(12/10/2017 : 13:50)

IPP et risque de démence, l’ombre d’un doute  Voir?

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont l’une des classes thérapeutiques les plus prescrites chez le sujet âgé, pas toujours à bon escient. Ces médicaments qui réduisent efficacement la sécrétion d’ions H+ par la muqueuse gastrique sont largement utilisés dans le traitement symptomatique des ulcères gastroduodénaux, des gastrites ou encore du reflux gastro-œsophagien. Leur acceptabilité avait toujours été considérée comme satisfaisante, sous réserve de les administrer [...]

... / ... Lire la suite

(12/10/2017 : 13:46)

Dernière mise à jour : 16/10/2017 : 10:03


Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 403 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :